Lykhubs Entertainment | Mettre en ligne
| FR | Créer un compte | Me connecter
| Société | Lykhubs | Contenu | Actualité | Interview


Commentaire(s) sur cette actualité

Visiteur - Non connecté

REJOINDRE LYKHUBS
Créez gratuitement un compte pour mettre en ligne vos contenus ou suivre des membres !
Créer un compte Découvrir




Actualité publiée le 17-08-2017
Lykhubs
Autres : Video (50) Photo (36)
Thématique : Interview



Interview de Vincent Cassel pour Gauguin, Voyage de Tahiti

Quand êtes-vous arrivé sur le projet ?
Vincent Cassel : Assez vite. J’ai lu un synopsis et rencontré Edouard Deluc. Je ne le connaissais pas mais j’ai découvert un type jeune, dynamique, investi, qui me confiait des choses de sa vie. Elles croisaient mes aspirations, et notamment le goût de l’ailleurs, c’est-à-dire cette volonté de s’extirper du monde pour se concentrer sur ce que l’on veut vraiment faire. Auteur de « Mariage à Mendoza », Edouard éprouve la même attirance pour l’Argentine que moi pour le Brésil. Elevé au Pérou, Gauguin le boulingueur, lui, était inexorablement attiré par le lointain, Tahiti, comme un retour aux sources. Une quête de sensations nouvelles. Un fantasme d’Eden. Il y avait déjà là une identification possible.

Considériez-vous le film comme un biopic ou un faux biopic ?
Vrai ou faux biopic, peu importe et, de toute façon, je me méfie du genre . Depuis « Mesrine » de Jean-François Richet, on m’en a tellement proposé : Montand, Salvador Dali et d’autres que je n’évoquerai pas parce qu’ils se sont tournés. Or, je n’aime ni l’imitation, ni la performance. Avec Gauguin, il n’y avait pas d’images auxquelles se conformer, tout était à inventer. Le projet d’Edouard était un projet au long cours. Nous avons travaillé, en amont, ensemble. Ce qui me semblait crucial, c’était de retrancher les éléments qui réclamaient une référence pour les comprendre. Nous étions d’accord sur l’essentiel : le spectateur ne pouvait voir « le match en différé ». L’action devait se jouer au présent. Ce principe a façonné la forme finale du film : laconique, à la fois épurée et lyrique.

Que saviez-vous de Gauguin ?
Franchement ? Pas grand-chose, je connaissais un peu ses oeuvres tahitiennes mais je le percevais comme un personnage trouble, et ça m’interpellait. Sur les conseils d’Edouard, j’ai commencé par lire « Noa Noa », la matrice du film. Puis, je suis allé voir des expositions et rencontrer les conservatrices d’Orsay qui m’ont expliqué en quoi il était révolutionnaire. J’ai aussi travaillé avec un professeur de peinture. Je ne voulais pas me retrouver comme un imbécile sur le plateau avec des couleurs devant moi sans savoir comment les manier. Nous avons plongé tout de suite dans la pratique et je me suis retrouvé à peindre, chose dont je ne me serais jamais cru capable. Je me suis toujours considéré comme un piètre dessinateur, pourtant quelques-unes de mes peintures ont une certaine gueule, non (rires) ? Au début de chaque tournage, je fais un croquis du personnage que je joue. Ce que j’ai mis dans le crobard de Gauguin reflète, bizarrement, assez bien ce qu’il est à la fin.

Le film chronique sa défaite...
Y compris sa défaite amoureuse avec Tehura, un amour impossible qui cristallise l’histoire et provoque l’émotion même si, dans la réalité, Gauguin additionnait les « muses » . Il ne fait effectivement que perdre. Il sacrifie sa famille, sa santé, sa carrière sur l’autel de son art. A la recherche de ce qu’il appelle « le primitif » ou « le sauvage », il se consume. Il se met tout le monde à dos, y compris à Tahiti, milieu où il aurait aimé vivre mais qui le rejette comme un anticorps. Il fait à la fois figure de « monstre » et de caractère hors du commun. Ses toiles, sa palette contrastée et vive, restituent pourtant quelque chose de profondément vivant sans avoir recours au réalisme et passent à la postérité. Il a donc, au fond, raison. Je l’ai incarné sans le juger même s’il accomplit des choses que je ne ferais pas. Il se brûle. Mais il ne peut pas faire autrement. Il n’a pas le choix. Son désir d’absolu est tel...Je ne sais pas si en tant qu’acteur, j’aurais eu le courage qu’il a eu.

Vous avez également dû vous transformer physiquement...
Oui, pourtant, j’ai toujours le sentiment que je ne fais rien. Je cite souvent la phrase de Bruce Lee : « Je me considère comme de la flotte, je prends la forme que l’on me demande de prendre ». Au cinéma, il faut arriver à se fondre. Je me suis laissé pousser la barbe, j’ai maigri avec un nutritionniste puisque Gauguin crevait la faim mais c’était plutôt amusant - et puis j’ai du mal à dire que j’en bave sur un plateau -, j’ai aussi mis de fausses dents. Sa gueule est le mélange de mes fantasmes et de la réalité. J’ai appris le tahitien. Je lui ai inventé une démarche. J’ai procédé par touches. Peut-être ai-je proposé un Gauguin un peu plus rustre que nous ne l’imaginions au début, Edouard et moi.

Ce rôle vous laisse-t-il une trace particulière ?
Ils vous en laissent toujours. Mais si le film doit occuper une place à part pour moi, c’est d’abord à cause de l’aventure qu’il a représenté et de la rencontre avec la Polynésie ou j’avais le sentiment d’être dans « Avatar » sous ecstasy. Edouard le montre très bien : la nature dicte sa loi, les lieux et les gens vous hantent. « Gauguin » m’a aussi appris à apprécier la peinture et ce n’est pas rien.

#studiocanal


#TAGS LIÉS À CETTE ACTUALITÉ

#vincentcassel #voyagedetahiti #studiocanal #FRANCECULTURE #CANAL+ #FRANCE5 #FRANCE0 #ELLE #LOBS

AUTRES ACTUALITÉS PUBLIÉES PAR Lykhubs
  • Lire cette actualité
    Interview | Interview de Vincent Cassel pour Gauguin, Voyage de...
  • Lire cette actualité
    Musique | FEATURING ALUNAGEORGE, RITA ORA, BILLY RAFFOUL, SANDRO CAVAZZA, AND VARGAS & LAGOLA ...
  • Lire cette actualité
    Musique | Luis fonsi, un clip au 3 Milliards de vues...
  • Lire cette actualité
    Cinéma | Avec Atomic Blonde, Carl F. Bucherer fait son grand retour sur le Grand écran et le tapis...





AUTRES ACTUALITÉS À DÉCOUVRIR
  • Afficher cette photo Jean-Michel Cohen balance sur Top Chef et annonce qu'il rejoint TPMP dans Morandini Live!
    Emission | Jean-Michel Cohen balance sur Top Chef et annonce qu'il rejoint TPMP dans...
    Publiée par Trina
  • Afficher cette photo The Voice Kids : quels talents !
    Emission | The Voice Kids : quels talents...
    Publiée par Trina
  • Afficher cette photo Ça commence aujourd'hui : Notre verdict.
    Emission | Ça commence aujourd'hui : Notre...
    Publiée par Trina
  • Afficher cette photo Interview de Vincent Cassel pour Gauguin, Voyage de Tahiti
    Interview | Interview de Vincent Cassel pour Gauguin, Voyage de...
    Publiée par Lykhubs
  • Afficher cette photo The Voice Kids : 10 raisons de regarder la nouvelle saison.
    Emission | The Voice Kids : 10 raisons de regarder la nouvelle...
    Publiée par Trina
  • Afficher cette photo FEATURING ALUNAGEORGE, RITA ORA, BILLY RAFFOUL, SANDRO CAVAZZA, AND VARGAS & LAGOLA
    Musique | FEATURING ALUNAGEORGE, RITA ORA, BILLY RAFFOUL, SANDRO CAVAZZA, AND VARGAS &...
    Publiée par Lykhubs
  • Afficher cette photo ENTRETIEN - ARTICLE sur ARASSOCIES
    Cinéma | ENTRETIEN - ARTICLE sur...
    Publiée par Pixelle Alex
  • Afficher cette photo PIXELLE ∞ photographe de concert
    Concert | PIXELLE ∞ photographe de concert...
    Publiée par Pixelle Alex
  • Afficher cette photo Michel Berger : un hommage poignant.
    Emission | Michel Berger : un hommage...
    Publiée par Trina
  • Afficher cette photo LAURENT H. NUMERO 1 DES CLUBS
    Musique | LAURENT H. NUMERO 1 DES CLUBS...
    Publiée par LAURENT H.
  • Afficher cette photo Luis fonsi, un clip au 3 Milliards de vues !
    Musique | Luis fonsi, un clip au 3 Milliards de vues...
    Publiée par Lykhubs
  • Afficher cette photo Avec Atomic Blonde, Carl F. Bucherer fait son grand retour sur le Grand écran et le tapis rouge
    Cinéma | Avec Atomic Blonde, Carl F. Bucherer fait son grand retour sur le Grand écran...
    Publiée par Lykhubs


Plus d'actualité à découvrirThématique Cinéma